Gaming

Agony: Pourquoi je n’ai pas pu finir le jeu (Test)

Au sommaire
  1. Avis
  2. Agony est à vomir, au sens littéral du terme.
  3. Et le jeu en lui-même ?
  4. Conclusion
Temps de lecture moyen : 3 min

Avis

Cet article contient des images et des informations pouvant perturber de jeunes lecteurs. Si vous avez moins de 17 ans, nous vous conseillons de ne pas lire ce texte.

Agony est le premier jeu de Madmind Studios, un studio indépendant de jeux vidéo formé par des vétérans de l’industrie ayant travaillé sur des jeux AAA comme The Witcher 3 ou The Division. Le jeu est né d’un Kickstarter (financement participatif) plus que réussi, puisqu’il a récupéré 182 642 CA$, bien plus que son but de base de 66 666 CA$ (120 000 euros au lieu de 45 000).
Dans Agony, le joueur incarne un esprit déchu aux enfers et recherche à s’enfuir d’une représentation de l’enfer absolument effrayante.

Le jeu est disponible depuis le 29 mai 2018 sur Steam , Xbox One et PS4.

Agony est à vomir, au sens littéral du terme.

Agony est un jeu à part, vraiment. Il s’agit pour sûr d’un jeu d’horreur, mais à un sens du terme assez éloigné de ce que l’on évoque généralement quand on parle de ce genre. Ici, il ne s’agit pas réellement d’horreur au sens de la peur (bien que j’aie eu quelques minimes moments de frayeur), mais plutôt d’une horreur que l’on peut sentir au plus profond de ses tripes : un dégoût, une sensation de rejet. Nombreuses ont été les fois où a travers Agony, l’envie de vomir m’est venue assez rapidement.

 

 

 

 

Le jeu fait de son mieux pour vous rendre mal à l’aise: scènes de torture, de sexe, personnages empalés, déchiquetés, déformés, meurtre d’enfants, voire de bébés. Le meilleur exemple que j’ai à vous proposer est celui de cet homme qui construit devant vous un mur fait à moitié de briques, à moitiés de bébés à tête de vieillard qui braillent et se taisent brutalement quand écrasés sous une pierre.

Le fait est qu’il est certain qu’Agony est un jeu qui va soulever des controverses. Toute son atmosphère dégoûtante, ses références sataniques et ses scènes de sexe plus qu’explicites ne semblent se tourner que vers ça. Tout dans Agony révulse, même les couloirs. On peut passer de marcher sur un sol en pierre à déambuler sur une langue gigantesque entourée de rangées de dents à moitié décrochées, dans un couloir-œsophage qui pulse lentement au rythme d’une respiration maladive.
On notera tout de même qu’après d’un certain temps, on finit par s’habituer à la violence extrême d’Agony, voire à ne plus y faire attention du tout.

Et le jeu en lui-même ?

Quand il en vient au gameplay néanmoins, Agony est légèrement faiblissant. Les mouvements semblent la plupart du temps maladroits, avec des collisions pas très bien définies. De plus, le jeu est bondé de bugs qui viennent tacher l’immersion dans l’expérience : personnages qui tournent comme des toupies sans savoir ou aller, ennemis qui se téléportent dans toutes les directions, ou même qui boguent complètement. J’ai eu droit à toute une séquence, le « sanctuaire de l’araignée » en « mode facile », puisque l’ennemi qui était censé me poursuivre était bloqué dans les airs à s’agiter inutilement !

Le jeu bénéficie tout de même d’une histoire très intéressante : celle-ci est basée sur le personnage de la Déesse Rouge, reine de l’enfer, un personnage qui maîtrise tout les enfers et que tout les enfers convoitent. Un réel objet de culte malsain.

Conclusion

Je n’ai personnellement pas pu persévérer à travers les 12 heures de jeu nécessaires pour terminer la campagne d’Agony. Je n’ai pas pu continuer, pour de multiples raisons : un léger dégoût envers la violence croissante du jeu, une curiosité pour ce qu’il allait me montrer diminuant avec les heures, le level design peu inspiré et surtout une aversion pour les contrôles du mouvement et les collisions du jeu.

Il s’agit tout de même d’un jeu qu’apprécieront énormément les fans de médias perturbants, ou le genre de personnes qui traînent sur Best Shockers.

6
Unique

Agony

Agony est un jeu unique en son genre. Il est très perturbant et plaira surement à ceux qui recherchent des sensations particulièrement fortes de leur jeu. Il est néanmoins saupoudré de défauts assez substantiels.

Avantages

  • Beaucoup de « jamais vu auparavant »
  • Atmosphère particulièrement impressionnante
  • Histoire intéressante
  • Plusieurs modes et une durée de vie solide

Inconvénients

  • Gameplay parfois désagréable
  • Souvent répétitif
  • Ordinateur haut de gamme requis
Journaliste Jeux vidéos, Étudiant en Game Design
Ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Scroll to top