Gaming

Death’s Gambit : le meilleur Dark Souls-like en 2D

Temps de lecture moyen : 5 min

Depuis le succès phénoménal de la série Dark Souls accompagnée de la création d’une fanbase plus que dédiée, un flot de jeux grandement inspirés du titre ont déferlé sur le marché indépendant. On dénomme généralement ces jeux par le terme « Dark Souls-like ».

Ce qui définit un jeu de ce type est assez vague, mais il s’agit généralement d’un level-design composé de zones axées autour de points de sauvegarde qui permettent de récupérer de la vie et des objets de soin. Chaque zone dispose d’un boss et utiliser un point de sauvegarde fait réapparaître tout les ennemis de la zone. Le jeu doit donc présenter un réel défi au joueur, chaque zone correspondant à une épreuve qu’il faut surmonter sans s’arrêter pour se reposer afin d’atteindre la prochaine zone, plus difficile encore.
D’autres aspects caractérisent le « Dark Souls-like », comme un système de montée de niveaux et d’équipement assez classique dans le genre du RPG.

Le challenge à relever pour un jeu de ce genre correspond donc à proposer un jeu dont la base est similaire à celle de Dark Souls tout en ajoutant des aspects uniques qui permettront au joueur de ne pas s’ennuyer et d’éviter d’avoir le sentiment de jouer à une pure copie du jeu d’origine.

Un chemin déjà emprunté plusieurs fois par d’autres développeurs pour éviter ce problème est le passage de la 3D à la 2D. Le Dark Souls-like en 2D pourrait quasiment déjà devenir un sous-genre tant cette idée a été exploitée : des exemples populaires seraient Salt & Sanctuary ou Dark Devotion.

C’est la solution qu’a choisie Death’s Gambit, et c’est probablement le jeu à avoir le mieux réussi la transition de 3D à 2D.

Le problème causé par cette transition pour plusieurs jeux a été de réussir à garder un des aspects les plus importants de Dark Souls et un élément nécessaire au fonctionnement de ses mécaniques: son level-design. Dans Dark Souls, les multiples zones forment un grand labyrinthe interconnecté mais jamais déroutant. En 2D, les développeurs disposent d’une dimension en moins pour étendre et complexifier les niveaux. Souvent, cela résulte en un level-design ennuyeux, des emplacements moins reconnaissables ou marquants et une facilité agrandie à se perdre dans des couloirs répétitifs.

Death’s Gambit arrive tout juste à esquiver ces lacunes. Le monde est très diversifié et les emplacements de la carte s’embranchent et se retrouvent avec fluidité. Grâce à l’absence d’une carte ou d’un moyen de téléportation, la mémoire du joueur est sollicitée pour mémoriser les chemins du monde, si bien que je pense pouvoir toujours dessiner de tête la carte des quelques premières zones. Pour éviter les trop longs trajets tout en excluant une possibilité de téléportation, les développeurs de Death’s Gambit ont trouvé une solution plus qu’élégante. Le joueur dispose d’un cheval, se déplaçant à grande vitesse mais dans des directions très limitées; le cheval ne peut sauter ou descendre a travers des planches, ce qui le limite donc à une sorte d’« autoroute » vers laquelle la plupart des zones sont reliées par des passages secrets.

Death’s Gambit ne se résume néanmoins pas à ses ressemblances à Dark Souls. Dès les premières minutes, les graphismes du jeu sont un petit choc nécessitant une période d’adaptation. Bien que le pixel art du jeu soit très beau et particulièrement bien animé, il est possible que vos yeux souffrent légèrement d’y jouer sur un grand écran. La Nintendo Switch semble être la plateforme optimale pour jouer à Death’s Gambit. Sur cette console, les graphismes sont très agréables tout en restant très lisibles grâce à la petite taille de l’écran. Le jeu s’accomode d’ailleurs parfaitement aux sessions de jeux de longueur moyenne permises par une console portable.

 

L’histoire de Death’s Gambit est beaucoup plus facile d’accès que celle de Dark Souls tout en se désignant plus personnelle et claire. Des flashbacks et des discussions nous permettent d’en apprendre plus sur notre héros, généralement à des moments choisis au hasard (plus fréquemment lors de la mort du joueur). Dans Death’s Gambit, les objectifs sont clairs et simples. Le jeu se moque même gentiment des tâches absurdes que Dark Souls vous fait accomplir lorsque la Mort, votre maître, vous demande d’aller sonner les deux cloches de l’ascension, ce qu’il annonce par la suite être une plaisanterie, un clin d’œil direct à Dark Souls.

Quand au gameplay du jeu, il est plutôt bien géré : le combat est agréable et différent de celui de Dark Souls, notamment grâce à un système de compétences/attaques spéciales. On se sent en contrôle dès qu’on a appris les touches, et les scénarios de combats sont diversifiés grâce à de nombreux types d’ennemis.
Pour la première fois dans un jeu inspiré de Dark Souls, le choix d’une classe au début du jeu a une réelle importance. Ici, votre classe définit réellement votre style de jeu, car elle vous offre un talent passif puissant. Par exemple, ma classe, le chevalier de sang, récupère de la vie s’il inflige des dégâts rapidement après en avoir reçu, encourageant un style de jeu agressif (on notera que cette mécanique est très probablement inspirée de Bloodborne).

Death’s Gambit dispose de 11 boss, ce qui est relativement peu, et le jeu sera probablement fini en environ 8-10 heures. On notera que tout les boss disposent d’une version « héroïque » plus puissante et avec des nouveaux coups, que le joueur pourra défier.
Un des points faibles du jeu reste sa musique, qui n’est pas déplaisante mais qui semble souvent inadaptée.

7.5
Très bon

Death's Gambit

Death's Gambit est le plus solide des Dark Souls-like en 2D sortis à ce jour, et est parfaitement assorti à l'expérience portable offerte par la Switch. Sur cette plateforme, il s'agit d'un must-have. Sur PC et consoles de salon, il faudra être un fan absolu du genre pour s'y plaire.

Avantages

  • Gameplay agréable
  • Level design interconnecté et fluide
  • Rejouabilité grâce à des styles de jeu divers

Inconvénients

  • Musique inadaptée
  • Jeu relativement court (8-10h)
Journaliste Jeux vidéos, Étudiant en Game Design
Ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Scroll to top