Gaming

Shape of the World – Jeu ou peinture interactive ? (Test)

Au sommaire
  1. Un style artistique unique
  2. Un gameplay qui donne l'impression de rêver
  3. Les défauts dévastateurs
Temps de lecture moyen : 4 min

Video-Test

https://www.youtube.com/watch?v=rNuV-sFPZog

[collapse]

Shape of the World
est un jeu indépendant développé par Hollow Tree Games dont la sortie est prévue sur Steam et PS4 le 5 juin 2018 et sur Nintendo Switch et Xbox One le 6 juin 2018.
Il s’agit d’un jeu d’exploration contemplative en vue à la première personne destiné à un public à l’âme d’artiste. L’intérêt du jeu repose principalement sur la découverte de nouveaux espaces magnifiques au style artistique minimaliste mais resplendissant.
Une version démo du jeu est déjà disponible sur gamejolt si vous décidez d’essayer celui-ci.
Le jeu est accompagné d’une musique parfois intrigante, parfois reposante. Appuyez ici pour l’écouter pendant votre lecture de cet article.

Un style artistique unique

Shape of the World est une vraie démonstration des capacités de l’Unreal Engine 4 en terme de diversité. Une critique souvent adressée à ce moteur de jeu est la ressemblance gênante entre les titres développés à l’aide de cet outil. Shape of the World est à l’exacte opposé du spectre, tant il semble indécelable que le jeu ait été développé sur l’Unreal Engine.


Dans Shape of the world, on explore un environnement magnifique et très simple. On avance sur des terrains vides qui se remplissent de végétation apparaissant lorsqu’on s’en approche. Arbres, buissons et fleurs sortent du sol avec grâce pour créer un espace magnifique. Très souvent, on utilise des longs escaliers pour flotter au dessus du terrain, et on peut alors apercevoir avec joie des paysages incroyablement charmants.

L’objectif dans Shape of the World est simple : il s’agit de trouver des portes disséminées à travers le monde. Lorsque l’on passe à travers une, l’univers change drastiquement : on nous présente une toute nouvelle palette de couleurs pour le monde dans lequel on se déplace. Je ne m’étais jamais rendu compte avant Shape of the World du point auquel la plupart des jeux se réservent à une seule palette de couleurs. Ce jeu couvre l’entièreté du spectre des couleurs visibles et c’est ce qui le rend si unique.
La musique de Shape of the World, elle, est plutôt lambda. Elle n’est pas particulièrement originale ou inspirée, mais certains l’apprécieront tout de même.

Un gameplay qui donne l’impression de rêver

Non seulement Shape of the World a des graphismes magnifiques, mais son gameplay est également particulièrement agréable ! Une fois le mouvement lancé, on a l’impression de flotter au dessus du sol, sans que quoi que ce soit puisse ralentir notre mouvement. Le contrôle sur l’avatar est complétement libre et fluide. Dans Shape of the World, on peut, en cliquant sur un arbre, le faire disparaître et recevoir une vigoureuse poussée vers l’avant. On a alors l’impression de s’envoler doucement, créant cette atmosphère de rêve enivrante. On a également la possibilité de créer des arbres d’un autre clic. Lorsque le joueur a l’opportunité de grimper sur un escalier, sa vitesse augmente grandement et on flotte alors librement au dessus du paysage à travers lequel on se déplaçait auparavant. Le gameplay de Shape of the World n’a aucun défaut. Il est parfaitement équilibré pour l’expérience que les développeurs voulaient offrir aux joueurs : un voyage relaxant dans un monde étranger.

Les défauts dévastateurs

Shape of the World, malgré tout ses bons points, dispose de nombreux défauts. Stu Maxwell, directeur créatif du jeu, a évoqué à plusieurs reprises sa volonté avec Shape of the World de créer des lieux dans lesquels on pourrait se perdre à explorer les environs. Il est plutôt loin d’avoir résolu sa vision, puisqu’il est impossible de se perdre dans Shape of the World. L’emplacement de la prochaine porte étant toujours décelable à travers les murs, et la façon de les atteindre n’étant jamais compliquée, on se sent moins libre d’explorer l’univers du jeu plus qu’on est tiré à travers celui-ci par un fil.
Le jeu est également trop court. Bien trop court, en fait, puisque j’ai réussi à en voir le bout après moins d’une heure la première fois que j’ai touché au jeu. Le nombre de mécaniques et d’environnements différents est bien trop petit pour donner l’impression d’une expérience complète.

Shape of the World est donc un très beau jeu porté par une mécanique absolument unique et magnifique, celle du changement de palette de couleurs, mais il s’agit également d’un jeu trop court et pas assez profond dans lequel la part donnée à l’exploration et aux choix du joueur est bien trop petite.

7
Magnifique

Shape of the World

Plus qu'un beau jeu, Shape of the World est une vraie oeuvre d'art, dans laquelle on navigue avec plaisir. Malheureusement, le souci de la taille du jeu est ironiquement trop gros pour être ignoré, puisqu’on reste complètement sur sa faim après avoir fini le jeu.

Avantages

  • Style graphique unique
  • Gameplay incroyablement « feel-good »
  • Très relaxant

Inconvénients

  • Incroyablement court (1h)
Journaliste Jeux vidéos, Étudiant en Game Design
Ad

2 commentaires sur “Shape of the World – Jeu ou peinture interactive ? (Test)

  1. Scotis dit :

    Arf, c’est clair qu’une heure d’exploration, c’est court …
    Mais ohmonchat qu’il est beau ! En VR ça doit être une tuerie.

    Après, je sais pas, c’est p’tet le premier jeu du créateur ? Peut-être qu’il poussera plus loin dans son futur jeu / que ça influera d’autres jeu dans ce genre.
    Pis il faut dire que différents jeux s’explorent de façon différente. Je sais que j’suis encore en train d’explorer l’Hyrule de BOTW alors que j’ai techniquement déjà tout explorer je sais pas combien de fois … juste parce que j’aime l’ambiance du jeu.

    1. Samuel G·O dit :

      C’est certain, une heure, c’est court! Après rien n’empêche a celui qui aura apprécié le jeu d’y remettre les pieds, comme je compte le faire pour le montrer a des amis. C’est en effet le premier jeu du studio, mais le créateur à beaucoup d’expérience dans l’industrie. Après on se cachera pas que des jeux du genre, il en existe déja beaucoup et que niveau innovation, c’est pas si incroyable que ça.
      Quand au Hyrule de BOTW, la raison pour laquelle il est si agréable à explorer est le design soigné qui a été mis dans sa création: chaque terrain est soigneusement pensé pour offrir à la fois un feeling absolument différent, un point de vue impressionnant sur une autre partie du terrain ainsi qu’un point d’intérêt visible et souvent unique (une tour, un batiment, une montagne bizarre etc…). Comme chaque partie du terrain est si particulière, ca crée une réelle impression de monde vivant et réel, et du coup l’explorer en boucle est super agréable! Le mouvement de Link étant incroyablement bien géré (et très libre!) par ailleurs, c’est un vrai plaisir de se déplacer à travers le monde/ les obstacles.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Scroll to top