Gaming

Starsector : Beau, Bon… Mais trop dur !

Au sommaire
  1. Un concept attendu
  2. La direction artistique, le point fort du jeu !
  3. Un mode RP très inspiré de Spore
  4. Un jeu difficile d’accès…
  5. … Ou plutôt trop difficile tout court !
  6. Le mot de la fin
Temps de lecture moyen : 7 min

Starsector est un jeu indépendant de type RP-stratégie spatial en développement depuis 2010. Il était autrefois connu sous le nom de Starfarer, avant de sortir officiellement en avril 2013. Depuis, le jeu a connu de nombreux ajouts et j’ai eu l’opportunité de le tester juste après la sortie de son dernier patch (0.9) en novembre 2018. Maintenant que les banalités ont été dites, entrons tout de suite dans le vif du sujet.

 

Un concept attendu

Combien d’entre nous sont restés bouche bée devant les magnifiques scènes de batailles spatiales que l’on a pu découvrir dans Stargate, Star Wars, Star Trek et tous les autres Starmachins qui ont bercé notre jeunesse…

Le déroulement des combats spatiaux dans Starsector m’a d’ailleurs rappelé de façon troublante un petit jeu obscur abandonné au cours de son développement, mais dont une démo était (et est toujours) disponible sur le net : Stargate Battle (SGB).

Un sandbox où, comme dans Starsector, vous pouvez choisir entre différents vaisseaux aux armes et aux capacités différentes et vous battre seul ou avec vos alliés contre une armada d’ennemis. Un mode sandbox pur qui fait cruellement défaut dans Starsector, où vous ne pouvez pas créer vos propres batailles avec les vaisseaux et les effectifs que vous voulez.

La ressemblance reste tout de même flagrante tant sur le gameplay que sur le plan visuel, si on fait abstraction que SGB est beaucoup plus vieux que Starsector.

                   

Starsector                                                                                       SGB

Mais Starsector présente un gameplay de combat bien plus complexe (parfois trop !) avec une gestion omniprésente de l’énergie et de l’état de votre vaisseau. Tirer, se déplacer ou maintenir votre bouclier, il faudra faire des choix !

 

La direction artistique, le point fort du jeu !

M’étant déjà amusé sur SGB aux graphismes simplistes, c’est avec enthousiasme que j’ai découvert la version plus moderne et aboutie de ce concept qu’est Starsector.

Et on peut reconnaitre que sur le plan visuel, Starsector est un véritable bonheur. Vous plongerez ainsi dans les plus épiques des batailles spatiales lorsque vous verrez les tirs de rayons lasers se mêler aux explosions de missiles sur le vaisseau en feu à vos côtés tandis que vos mitrailleuses harcèlent la vague de chasseurs qui vous fonce dessus. C’est une véritable explosion de couleurs et de lumières que vous prendrez dans les mirettes.

 

Une beauté des effets visuels mise en valeur par des sons réalistes, ou du moins fidèles à l’image que l’on en a dans notre imaginaire collectif.

Le seul bémol de ce spectacle est peut-être le manque de travail sur les détails graphiques des vaisseaux, qui ont tendance à briser l’immersion si vous zoomez un peu trop sur votre croiseur.

À la décharge des développeurs, la diversité des vaisseaux est telle (encore un point positif en passant) qu’un travail plus minutieux sur chacun aurait sans doute demandé un trop gros investissement.

 

Un mode RP très inspiré de Spore

Au delà des phases de combats spatiaux, Starsector dispose également d’un mode histoire où vous pourrez choisir votre rôle (marchand, chasseur de primes, etc.) avant de partir à l’aventure dans un vaste Open World. Et là encore, tant sur le gameplay que sur le visuel, je n’ai pu m’empêcher de noter de grandes similitudes avec le jeu Spore (sorti en 2008). En effet, dans Starsector, votre but sera de gérer et d’agrandir votre flotte ainsi que votre influence.

Pour cela, comme dans spore, vous serez amené à :

  • récupérer différents objets dans l’espace afin de les revendre
  • bâtir et développer des colonies
  • effectuer des missions pour les différentes factions qui peuplent les différents systèmes de la carte afin d’établir de bonnes relations avec eux pour en profiter d’avantages (ou de les éradiquer pour les plus pragmatiques et bourrins d’entre vous).

Coïncidences? Ça m’étonnerait !!!

                       

                       

Similitudes entre Spore (à gauche) et Starsector (à droite)

Bien sûr, dans Starsector, le concept est quand même bien plus poussé (parfois trop) puisque vous pourrez ici personnaliser chacun des vaisseaux de votre flotte pour qu’elle soit unique (armes, technologies, etc.), gérer l’économie de votre flotte (équipage, ressources, etc.) et profiter des rebondissements qui surviendront lors de vos déplacements.

Alors que vous naviguerez dans l’hyperespace, vous serez probablement attiré par cupidité vers des champs de débris ou des signaux inconnus qui attiseront votre curiosité.

Et même pour les plus concentrés d’entres vous, vous serez sans doute un jour sorti d’hyperespace par des pirates qui vous attendaient en embuscade.

 

Un jeu difficile d’accès…

Vous l’aurez compris, Starsector est un jeu très complet et peut être que les « (parfois trop) » disséminés dans cet article vous ont intrigué (ou alors vous vous en moquez éperdument et vous n’avez pas fais attention, mais je vais quand même vous expliquer !).

En réalité, Starsector est tellement complet qu’il est assez difficile à prendre en main. Les interfaces, notamment en combat et sur la carte stratégique de bataille, sont tellement fournies qu’il en devient compliqué de trouver l’information que l’on cherche tout en jouant.

Par exemple, ordonner à toute votre flotte de rester proche de votre vaisseau mère pendant toute la durée d’une bataille est quasi impossible.

Cela nécessite de revenir de façon incessante sur la carte stratégique, ce qui met en pause le jeu.

Et finalement, de devoir mettre régulièrement le jeu en pause pour essayer de comprendre la situation nous coupe du « feu de l’action» et devient très vite lassant.

Les tutoriels devraient peut-être détailler d’avantage la construction de ces interfaces pour faciliter notre familiarisation avec le jeu…

 

… Ou plutôt trop difficile tout court !

S’ajoute à ces difficultés d’appréhension la réelle difficulté du jeu. Même en testant le jeu en mode facile, j’ai dû très souvent m’y prendre à plusieurs fois pour réussir les missions et certaines quêtes du mode histoire.

La principale difficulté reposant sur le gameplay du vaisseau que vous pilotez.

Pour plus de réalisme, votre vaisseau n’est pas soumis aux forces de frottement. En termes de jouabilité, cela est très contre-intuitif et rend le maniement de votre vaisseau très difficile.

Or, la maniabilité de votre vaisseau est indispensable à maitriser si vous voulez que vos armes unidirectionnelles tirent sur votre cible.

Ainsi, la plupart du temps, vos armes unidirectionnelles tireront dans le vide tandis que vos armes multidirectionnelle réglées en automatique feront le travail. C’est très frustrant d’avoir l’impression de n’être que spectateur du combat…

La cerise sur ce gâteau est la lenteur insupportable de la majorité des vaisseaux qui rend encore plus complexe la correction de trajectoire de votre vaisseau.

 

Au delà de cette gestion fastidieuse de votre positionnement, le jeu ne vous accordera pas la moindre erreur dans la gestion de votre énergie.

Si vous ne coupez pas vos boucliers et vos armes au bon moment, votre vaisseau sera en overload, et cet état vous paralysera pendant une dizaine de seconde. À ce moment, c’est déjà une fois sur deux un synonyme de game over pour votre vaisseau même si sa vie est au maximum, puisque ces dix secondes sont amplement suffisantes à l’IA pour détruire votre vaisseau de A à Z sans que vous ne puissiez rien faire.

Et si vous voulez essayer de manœuvrer votre vaisseau pour aller vous mettre à l’abri afin de récupérer de l’énergie et éviter cette overload, vous aurez toujours un missile de l’IA pour contourner votre bouclier et couper vos moteurs, ce qui vous paralysera aussi au milieu d’un feu d’enfer.

 

Le mot de la fin

En conclusion je pense qu’une simplification du gameplay et une réévaluation du niveau de difficulté permettrait de redonner toute sa saveur à ce jeu au concept si parfait. Ces modifications seront peut-être apportées lors de prochain patch.

Sinon, Starsector peut aussi compter sur sa fan base qui a déjà développé de nombreux mods pour le jeu, parmi lesquels vous pourrez en trouver un pour réduire ce soucis de difficulté du jeu.

Bien sûr, le meilleur moyen d’évaluer ce jeu reste de le tester vous-même. Après tout, peut-être que toutes ces difficultés raviront les plus persévérants d’entre vous.

Site officiel de Starsector

7,5
sympathique

STARSECTOR

Un jeu solo très complet et distrayant. Dommage que la difficulté, liée au gameplay et à la complexité des interfaces, entache un si beau tableau

Avantages

  • effets visuels splendides
  • Son immersif
  • concept espéré depuis longtemps

Inconvénients

  • difficulté disproportionnée
  • difficile à appréhender
scénariste gamedesigner et rédacteur Rewardline
Ad

1 commentaire sur “Starsector : Beau, Bon… Mais trop dur !

  1. Scotis dit :

    Il a l’air fun, mais le piou-piou quand c’est pas directement pour miner, c’pas trop mon truc … J’vais rester sur EliteDangerous hein x’).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Scroll to top