Photographie

La règle des tiers

Au sommaire
  1. I. Qu'est-ce la règle des tiers?
  2. II. Comment l’appliquer ?
  3. III. Casser la règle
  4. IV. La visualiser dans son viseur
Temps de lecture moyen : 6 min

En tant que débutant, nous avons tendance à tous faire la même erreur, moi y compris. On a tendance à centrer le sujet, que ce soit en paysage ou en portrait, pour ne citer qu’eux. L’erreur vient généralement du viseur : la zone du collimateur affiche des marques centrées. Par contre, la photographie ne fonctionne pas ainsi. Certaines règles sont là pour guider vers une composition qui rend l’image esthétiquement plaisante, autant en terme de composition que de lecture. La plus populaire est la règle des tiers.

Il faut aussi savoir que la règle des tiers n’est pas spécifique à la photographie. On peut la croiser, par exemple, au cinéma, dans les jeux vidéo ou bien dans la peinture.

I. Qu’est-ce la règle des tiers?

La règle des tiers est la règle de composition la plus répandue et la plus facile à comprendre. Vous avez sûrement dû la croiser dans l’application photo de votre smartphone.

Il suffit de découper une image en trois colonnes verticales et en trois colonnes horizontales à l’aide de lignes. Ces lignes vont vous permettre de placer les sujets que vous voulez mettre en avant. On découpe donc notre photographie aux tiers.

Les intersections des lignes sont appelées les points de force. Comme le nom le laisse entendre, ces points servent à donner plus de force à votre sujet; je pense d’office au portrait, où on place le visage du modèle sur un point de force pour donner plus de puissance à son regard.

II. Comment l’appliquer ?

A. Portraits

Avec le portrait, on joue généralement plutôt avec les points de force. On se servira de ces points pour placer le regard de notre modèle, pour attirer le regard sur son visage. On peux aussi se servir de ces lignes pour y placer les yeux et renforcer le regard.

Sur ce portrait, j’ai placé le modèle sur une des lignes verticales et intercalé son regard sur un des points de force pour amener la lecture de la photographie sur son visage. Mon modèle regardant vers la droite, je l’ai placé sur la partie gauche pour laisser de l’espace à son regard. Dans le cas contraire, en le plaçant sur la droite, toutes les informations à gauche seraient inutiles et son regard serait bloqué contre le cadre. Je me serais retrouvé avec une photographie très peu esthétique.

Sur ce portrait, j’ai utilisé la ligne des tiers supérieure pour placer les yeux et j’ai placé son œil gauche sur un point de force pour renforcer le regard.

B. Paysages

En paysage on parle souvent d’un tiers deux tiers. Cela consiste à placer l’horizon sur une des lignes des tiers pour avoir un tiers de terre et deux tiers de ciel ou inversement. Cela permet d’indiquer si vous voulez donner plus d’importance au ciel ou à la terre.

 Dans la photographie ci-dessous, l’océan prend un tiers tandis que mon ciel prend les deux tiers restants, car j’ai voulu donner plus d’importance au ciel coloré par le coucher de soleil. Je me suis également amusé à jouer avec les lignes de tiers verticales pour placer les cabanes des pêcheurs.

Sur ce nouvel exemple, j’ai aussi fait le choix de garder un tiers de terre pour donner plus d’importance à mon ciel. Cette fois, j’ai placé sur la ligne de tiers verticale gauche un arbre, tandis que j’ai placé approximativement sur l’un des points de force (en bas à droite) le soleil, en train de disparaître derrière la ligne d’horizon.

Voici un dernier exemple pour la route.

III. Casser la règle

La règle n’est là que pour aider à apprendre à réfléchir à sa composition et pour être sur d’avoir une photographie qui « fonctionne ». Il est important qu’une fois la règle des tiers comprise et maîtrisée, le photographe apprenne à se lâcher pour éviter une certaine monotonie dans ses photographies. Dans certains cas, la règle des tiers ne peut simplement pas être appliquée. Avant toute chose, il ne faut pas se dire qu’en connaissant la règle, on peut la briser. Il faut plutôt comprendre pourquoi on décide de la briser.

Voici un exemple en paysage. Je trouvais ce coin assez joli, dans le style décor de cinéma. J’ai, dans un premier temps, cherché comment réaliser ma composition avec la règle des tiers. Après avoir tenté différents angles, je n’arrivais pas à trouver un point de vue qui permettait de jouer avec la règle des tiers. Je me suis donc rabattu sur les lignes de fuite formées naturellement par la roche, pour diriger le regard vers la cabane de pêcheur. Quand j’ai montré pour la première fois cette photographie, elle a été fortement critiquée par les personnes qui ne jurent que par les tiers et qui refusaient de voir que j’ai voulu jouer avec les lignes de fuite. Malheureusement, les joies d’internet font que l’on peut critiquer sans connaître les conditions de l’emplacement.

Sur ce portrait, j’ai volontairement centré le sujet pour jouer avec le décor formant un cadre naturel dirigeant l’œil sur mon sujet. Si j’avais appliqué la règle des tiers et placé mon sujet sur une ligne de force, la photographie aurait été déséquilibrée, ayant une partie gauche ou droite contenant les épines de sapin formant un espace vide et sans intérêt. Mais aurais-je pu placer le regard sur une ligne de force à l’horizontale ? Eh bien non, car je voulais inclure la posture du modèle dans la photographie. Il m’aurait donc fallu reculer pour l’inclure tout en mettant le regard sur une ligne des tiers. Encore une fois, je me serais retrouvé avec, sur les cotés et en haut, des informations inutiles.

Dans ce nouveau cas, j’ai aussi joué avec les lignes de fuite, les lignes naturelles renvoyant sur le couple. L’entrée du tunnel joue aussi le rôle d’un cadre naturel qui permet de recentrer l’attention sur le couple.

IV. La visualiser dans son viseur

Le plus dur désormais sera de réussir à projeter cette règle dans le viseur car les constructeurs de boîtiers n’intègrent pas d’options pour l’afficher dans le viseur. Le conseil que je peux vous donner est de prendre le manuel d’utilisateur, d’y vérifier s’il y a un schéma du viseur puis s’en servir pour tracer dessus cette règle et voir si les collimateurs peuvent être des points de repères pour les points de force. Avec de la pratique, vous allez inconsciemment tomber pile poil sur les lignes et points de force, ce qui est une bonne chose pour se concentrer sur d’autres détails par la suite.

Jeune photographe professionnel de mariages, portraits, couples et grossesses. Vidéaste à ses heures perdus, ainsi que gameur PC
Ad

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *



Scroll to top